LA PENSEE DU JOUR

Le blogg de LYRIC

lundi, janvier 25, 1999

" Dieu n'existe pas puisqu'on comprends maintenant comment il a été inventé par l'être humain. "

" Ce qui importe, ce n'est pas tellement ce qui est vrai, c'est ce qui aide à vivre. "

Nietzsche

mercredi, janvier 20, 1999

" Nous sommes des marionnettes
Et le Ciel est le marionnettiste.
En réalité, et pas seulement en métaphore,
Pour un bref moment,
Nous passons sur la scène.
Puis, un par un, nous retournons
Dans la boîte du
Néant. "

Omar Khayyam (Poête & Astronome islamique)

vendredi, janvier 15, 1999

" Le Monde ... est une sphère infinie dont le centre est partout, la circonférence nulle part. "

Pascal (Physicien)

jeudi, janvier 07, 1999

"Quelqu'un a dit que Dieu ne s'attache qu'à la conservation des espèces , et point du tout des individus."

Montesquieu


Par moments , il plane un doute !

vendredi, janvier 01, 1999

PETIT PRECIS DE DESOBEISSANCE CIVILE ...

Pour entamer une révolution, deux facteurs sont indispensables : Quelqu'un ou quelque chose contre quoi se révolter, et quelqu'un pour se révolter.

Aucun habillement spécial n'est nécessaire, et les deux partis ne sont a cheval ni sur le lieu ni sur l'horaire, mais si l'une des factions fait faux bond, toute l'entreprise risque de partir à vau-l'eau.

Les gens ou les partis contre lesquels on s'insurge sont appelés "les oppresseurs". On les reconnait facilement à ce qu'ils sont les seuls à s'amuser. En règle générale, "les oppresseurs" portent des costumes sur mesure, possèdent de vastes propriétés et peuvent faire du bruit la nuit sans qu'on leur crie après. Leur fonction consiste à maintenir le statu quo (tout reste pareil, sauf un ravalement tous les deux ans).

Quand les "oppresseurs" deviennent trop sévères, nous avons ce que nous appelons un Etat policier, dans lequel toute contestation est interdite,c'est-a-dire ricaner, porter un chapeau melon, ou traiter le maire de grosse vache.
Dans un Etat policier, les libertés civiles sont terriblement restreintes, et la liberté d'expression est inconnue, sauf à la rigueur chez les mimes.
Il est formellement interdit de critiquer les gouvernants, surtout sur leur facon de chanter l'hymne national.
La liberté de presse est étroitement surveillée et le parti en place écrème les informations, ne laissant parvenir aux citoyens que les idées politiques dans la ligne, et les résultats de football qui ne risquent pas de provoquer l'agitation.
Les groupes qui se révoltent sont appelés les "opprimés". On peut généralement les voir tourner en rond et grommeler, ou dire qu'ils sont malades. (Il est bon de remarquer que les oppresseurs ne se revoltent jamais et refusent de devenir des opprimés.)

Voici quelques exemples célèbres de révolutions:

La Révolution française, au cours de laquelle les paysans s'emparèrent du pouvoir par la force, et s'empressèrent de changer toutes les serrures du palais pour empécher les nobles de revenir. Ensuite, ils donnèrent une grande fête et se gobergerent. Quand les nobles réussirent finalement à reprendre le palais, ils furent obliger de tout nettoyer, et trouvèrent des brulures de cigarettes sur les tapisseries.
La Révolution russe, qui fermenta pendant des années, puis éclata soudain quand les serfs finirent par s'apercevoir que le Czar et le Tzar étaient la même personne.

Il est intéressant de noter qu'une fois la révolution terminée, les "opprimés" prennent la succession et commencent à agir comme les "oppresseurs". Comme il se doit, à ce moment là, on ne peut plus les obtenir au téléphone, et macache pour se faire préter un peu d'argent pour acheter des cigarettes ou du chewing gum.

Woody Allen