LA PENSEE DU JOUR

Le blogg de LYRIC

dimanche, septembre 12, 1999

La FEMME : ... Dis-moi que tu m'aimes ?

L'HOMME : Je t'aime, je t'aime, je t'aime. Eperdument. Comme on s'aimait dans les romans. Gloutonnement, définitivement, globalement.
Comme l'eau aime le robinet, l'os aime le chien, le bleu aime le ciel, la salive aime la langue. Laisse moi me perdre dans toi, corps et âme, m'enfoncer, m'engloutir dans ta moiteur, tes pulsations, tes palpitations, tes soupirs, tes humeurs et tes sécrétions. Expirer quand tu inspires, tousser quand tu tousses, me gratter où ça te démange ...
Je t'aime pour tous ces soirs où tu t'es préparée devant la glasse, choisissant un soutient-george facile à dégraffer, une jupe facile à soulever, une petite culotte facile à écarter.
Calculant tes odeurs, tes couleurs, tes transparences, tes décolletés ...
Je t'aime pour tous les soirs où sérieuses, impécable, tu as écouté les hommes parler. Complètement humide, ouverte, juteuse,acceuillante, derrière tes jambes croisées, tes cuisses serrées, attendant patiemment le moment de te déshabiller ...
Ah, si les hommes savaient comme les femmes adorent être nues devant eux !
Je t'aime pour tous ceux qui t'ont carressée, embrassée, léchée, écartée, courbée, pénétrée, pour tous ces dos que tu as griffée, ces couilles que tu as palpée, ces bites que tu as sucée, tous ces coups de reins ! Tous ce sperme jiclant sur tes seins, angluant ton nombril, perlant au coin de tes lèvres, collant tes bagues, clapotant dans ton sexe, coulant sur tes cuisses ...
Je t'aime pour tous ceux qui ne se souviennent plus, qui t'ont branlée au cinéma, enfilée dans les chiottes, baisée contre un mur, niquée dans une bagnole ...
Je t'aime pour ceux qui ont tiré un coup vite fait avec toi sur leur bureau, et qui ne savent même plus ton nom.
Je t'aime pour ceux qui t'ont prise en sandwich, un dans la bouche, l'autre par derrière, riant de ta soumission, éjaculant en toi avec insouciance, te remerciant d'une tape sur les fesses.
Je t'aime pour ceux que tu as exité, écartant largement tes cuisses, les seins à l'air, la jupe retroussée, exhibant ta fente rose, surveillant derrière tes cils leur masturbation frénétique, guettant le moment exquis où le foutre jaillit enfin du sexe exorbité dans un grondement de fauve !
Je t'aime ...
Je ne veux plus te quitter. Je veux adorer tes mesquineries, vénérer tes mensonges, les sourires de tes petits calculs, comprendre tes indifférences, écouter tes bavardages. Apprendre à ne pas te connaitre, à ne plus pouvoir me passer de toi, ne plus pouvoir vivre sans toi. Jusqu'au jour où tu seras ma veuve et que tu hériteras d'une fortune en souvenirs poussiéreux, photos jaunis, vieux bonheurs, joies raccomodées, plaisir périmés ...
Je t'aime , je t'aime, je t'aime !!!!!
... Dis moi que tu m'aimes !

LA FEMME : Si c'est ça l'amour ... quelle HORREUR ! J'me tire ...

Wolinski

1 Comments:

  • At 8 novembre 2007 à 23:50, Anonymous Anonyme said…

    un garçon : /rire/, mai keske j'adore
    devenu homme : l'amour est bien plus riche

     

Enregistrer un commentaire

<< Home