LA PENSEE DU JOUR

Le blogg de LYRIC

vendredi, octobre 26, 2001

AC130 ... il est pas canon, mon avion ?

C'est fou ce que la télé peut être midinette dès qu'il est question d'avions pleins de bombes. Pendant la guerre du Golfe, on la vit ainsi tomber raide dingue d'un gros engin noir, style Guerre des étoiles, le B-2, qualifié de «bombardier furtif». Une merveille de technologie moderne, carrossée comme une poêle Tefal, capable d'échapper aux radars ennemis, glissant furtivement entre deux nuages pour déposer délicatement ses bombes high-tech. Moitié fantôme, moitié gros oiseau, le «bombardier furtif» enflamma l'imagination de la télé, qui ne se lassa pas de nous le montrer sous toutes les coutures, en de lascives caresses de caméra quasi érotiques.

Voici aujourd'hui qu'elle tombe amoureuse d'un nouvel engin de mort, l'AC-13O.

Le même soir, sur toutes les chaînes, l'AC-13O s'est mis à pétarader comme un dératé. Faut dire qu'il a de quoi séduire, l'animal. Alors que le B-2 faisait dans le mystère et le fantasmatique, l'AC-130 nous la joue feu d'artifice d'apocalypse, toutes tripesdehors. C'est une véritable invention de bande dessinée, avec des canons partout, à droite, à gauche, en dessus, en dessous, à l'avant, à l'arrière, qui crachent des flammes à jet continu dans un crépitement d'enfer. La télé, devant ce monstre hérissé de pétoires en rut, est visiblement en extase, au bord de l'orgasme. Cette guerre insaisissable, réduite à des étoiles filantes dans le ciel de Kaboul, voilà enfin qu'elle la tient. Ce gros oiseau de malheur fait son bonheur, elle le montre et le remontre, se grise de vraoum boum boum tchakatchak, elle est complètement saoule, elle en perd les pédales. «Sans doute reverrons-nous bientôt l'AC-130», dit goulûment David Pujadas à la fin de son journal, comme un gosse salivant devant un jouet.

Sur toutes les chaînes, les mêmes images. Exactement les mêmes. Et le même commentaire, à la virgule près. Comme quoi l'apparition de l'AC-13O annonce à coup sûr l'imminence d'une attaque terrestre. Evidemment, ils ont trouvé ça tout seuls, les journalistes de la télé. De même que toutes les chaînes ont certainement filmé elles-mêmes l'AC-13O en action, pulvérisant le décor autour de lui. C'est pur hasard si elles en parlent toutes le même jour, avec exactement les mêmes images. Quoi ? Comment ? Ce serait le Pentagone qui leur aurait gracieusement fourni ce petit reportage de propagande, avec le mode d'emploi et la notice technique ? Ben mince alors ! Et pourquoi elles ne le diraient pas ? Parce que ça casserait l'ambiance, voilà pourquoi. Vous imaginez, un bandeau en haut de l'écran qui dirait : «Images offertes par le Pentagone en vue d'impressionner les foules» ? Autant arrêter de faire de la télé. Aussi se demande-t-on ce qui a bien pu passer par la tête des chefs de Soir 3, qui ont inscrit, au-dessus de ce mirobolant cracheur de feu, «images Pentagone». Il faut dire que les mêmes, décidément inconscients (ou suicidaires), écrivent «images d'agences» quand ils diffusent des reportages qu'ils ont achetés, qu'ils n'ont pas eux-mêmes tournés. Si la télé se met à dire comment et de quoi est faite la télé, où on va, là ?
(...)

Télérama - 27 octobre 2001 - Alain Rémond