LA PENSEE DU JOUR

Le blogg de LYRIC

mercredi, octobre 09, 2002

"On n'inflige que les souffrances que l'on peut soi-même supporter, et l'on ne craint que les souffrances qu'on n'est pas soi-même capable d'infliger.
(...)
La vraie et terrible cruauté est celle de l'homme ou de l'animal qui rend l'homme ou l'animal inachevé, qui l'interrompt comme des points de suspension au milieu d'une phrase, qui se détourne de lui après l'avoir regardé, qui fait, de l'animal ou de l'homme, une erreur du regard, une erreur du jugement, une erreur, comme une lettre qu'on a commencée et qu'on froisse brutalement juste après avoir écrit la date."

B.M. Koltes (Dans la solitude des champs de coton)