LA PENSEE DU JOUR

Le blogg de LYRIC

mardi, juin 01, 2004

Michel-Ange était peut-être autiste ...

LONDRES, 31 mai (AFP) - Michel-Ange était peut-être autiste, sur le modèle du personnage joué par Dustin Hoffman dans "Rain Man", conjuguant des talents extraordinaires avec une inaptitude à établir des relations sociales, selon des chercheurs britanniques.

Le génie artistique de la Renaissance pourrait avoir été atteint d'une forme particulière d'autisme, le syndrôme d'Asperger, avancent deux chercheurs, le Pr Michael Fitzgerald, de Trinity College Dublin, et le Dr Muhammad Arshad, psychiatre, dans un article publié lundi dans le Journal of Medical Biography.

Le personnage joué par Dustin Hoffman dans "Rain Man" illustre cette forme particulière d'autisme, qui allie une incapacité à avoir des relations avec les autres à des talents remarquables, dans ce cas une extraordinaire capacité à se souvenir de chiffres. Dans d'autres cas, les autistes peuvent être de remarquables musiciens, dessinateurs, mathématiciens.

Michel-Ange (1475-1564) était sujet à des obsessions et suivait une routine très répétitive, cherchant à contrôler tous les aspects de sa vie. Sculpteur, peintre, ingénieur, architecte et poète, il avait en revanche une mémoire extraordinaire.

Souvent battu par son père et par ses oncles, qui désapprouvaient son goût pour les arts, il a eu une enfance difficile. A l'âge de 14 ans, il est entré en apprentissage chez un artiste important en son temps, Domenico Ghirlandaio, qui reconnaissait que son élève le surpassait.

L'artiste italien était incapable d'exprimer des émotions et s'est ainsi abstenu d'aller aux funérailles de son frère. Il trouvait difficile de communiquer avec les autres, ne conversait jamais très longtemps et souvent disparaissait au milieu d'un entretien, selon ces experts.

"Il était asocial et solitaire. Il avait peu d'amis, comme d'ailleurs l'architecte britannique John Nash" (1752-1835), créateur du Pavillon Royal de Brighton (sud de l'Angleterre), atteint de cette forme particulière d'autisme, relèvent les deux experts.

"Doté d'un mauvais caractère, il avait de fréquents accès de colère", ajoutent-ils, le décrivant comme "étrange et isolé", "préoccupé par sa propre réalité intérieure".
Il semble que plusieurs de ses proches, comme son père, grand-père et un de ses frères, aient montré des tendances autistiques, selon ces experts.

"Sa routine de travail obsessionnelle, son mode de vie inhabituel, ses médiocres aptitudes à communiquer et sa tendance à vouloir tout contrôler semblent être caractéristiques d'un syndrôme d'Asperger", concluent les chercheurs.